Extrait

1.

Le Père

 

Je demande à mon fils de prendre soin de sa mère. Il dit : MA BELLE-MERE.

Il trouve toujours à redire. Il n’est d’accord sur rien.

J’essaie de lui donner des responsabilités.

Je veux qu’il devienne un Homme.

Moi je suis un Homme, et autour de moi sont les Hommes.

On se respecte. Nous savons ce que nous sommes : des Hommes.

Un fils ça devrait toujours vouloir ressembler à son père. Sinon à quoi cela sert de faire des enfants.

Il n’est pas d’accord avec ça. Il pense qu’il s’est fait tout seul.

Il est seul.

Parfois je me dis qu’il préfère que je sois mort. Il dit : TU N’ES JAMAIS LÀ,  CONTINUE !

Qu’est-ce que ça veut dire ? Les enfants parlent une langue que je ne comprends pas. Ce doit être parce que je ne l’ai jamais parlé. Je suis né Homme. J’ai causé Homme. J’ai accompli les exploits qui incombent à tout Homme.

On m’a aimé pour ça. Le peuple m’a aimé pour ça.

Je suis un roi.

Je demande à mon fils de prendre soin de sa mère, je veux dire sa belle-mère.

Ces deux-là ne s’aiment pas.

Depuis le début, ils ne s’aiment pas.

Pourtant ça ne devrait pas faire d’histoire. Je ne demande pas l’impossible. De l’obéissance.

C’est dans son intérêt. C’est dans l’intérêt de tous d’obéir.

C’est à cela qu’on reconnaît une famille, un peuple qui fonctionne.